Helpling à la conquête des villes de province

01 SEPTEMBRE 2016, PARIS, FRANCE
Résumé
L'"Uber du ménage" s'installera dans cinq villes d'ici à la fin de l'année. En 2017, il étoffera son offre.

A partir de ce jeudi et comme le font les Parisiens depuis 2014, les Lyonnais à la recherche d'une aide ménagère ponctuelle ou régulière peuvent désormais réserver en ligne une employée de ménage via Helpling, la success story allemande spécialisée dans le ménage "à la demande".

Créée il y a deux ans et demi, la plateforme de mise en relation de particuliers et d'aides ménagères sélectionnées étend ses services à la capitale des Gaules. Suivront d'ici à la fin de l'année Bordeaux, Nantes, Toulouse et Lille. "L'étude de démographique et des volumes de recherche Internet pour des femmes de ménage montrent qu'il y a une vraie demande dans ces villes", explique Mehdi Louali, qui dirige la filiale française de l'entreprise allemande née au sein du holding Rocket Internet (Zalando, Westwing, Foodora...). Un million d'euros seront consacrés à ces développements, après le succès du service en Île-de-France.

Crédit d'impôts de 50%

Présent dans neuf pays en Europe Asie et Moyen-Orient, Helpling prélève une commission de 20% sur les prestations réalisées. Pour éviter la "désintermédiation" de la relation et donc la fuite de ses commissions, Helpling mise sur une palette de services offerts tant aux particuliers (assurance-dommages, paiement en ligne) qu'aux aides ménagères (assistance téléphonique, facturation...). Une application pour les intervenants à domicile sera aussi lancée lundi. De quoi simplifier l'administratif et la mise en contact. "L'idée est de créer une relation sur le long terme, et un lien direct entre nos clients et les aides qui interviennent chez eux", poursuit Mehdi Louali.

Très agressif à son lancement, avec une tarification moyenne de 15,90 euros de l'heure de ménage, Helpling a toutefois dû ajuster ses tarifs à la hausse. Une prestation régulière coûte désormais 19,90 euros de l'heure, et 24,90 euros pour une prestation ponctuelle. Malgré cela, la place de marché recrute 1000 nouveaux clients par mois, contre 250 par an pour une agence traditionnelle, et compte plusieurs milliers d'utilisateurs en France. Environ 1000 hommes ou femmes de ménage composent aujourd'hui sa flotte en France (10 000 dans le monde). L'avantage du marché français : le crédit d'impôt de 50% sur les sommes versées. "85% de notre activité se fait avec des clients réguliers", explique le dirigeant qui ne communique pas son chiffre d'affaires.

A l'inverse d'autres pays comme les Pays-Bas, la filiale française a choisi de se focaliser d'abord sur la capitale. La bascule fin 2015 vers la plateforme technologique du britannique Hassle, racheté en 2015, et le rapatriement des équipes opérationnelles du service client à Paris ont aussi favorisé l'atteinte du point mort dans nos frontières.

Plus de services en 2017

Même si quatre à cinq autres villes sont prévus à moyen terme, pas question de se développer tous azimuts. Le modèle économique validé en Île-de-France, Helpling veut poursuivre une croissance rentable dans l'Hexagone. Une expansion qui se veut prudente alors que la concurrence en ligne reste limitée. "Notre vraie concurrent, c'est l'emploi au noir, qui représente 40% du marché du ménage à domicile", ajoute le dirigeant. Une fois les développements en région lancés, et à côté du ménage, Helpling va aussi proposer de nouveaux services à ses utilisateurs d'ici à mars 2017. Des petites interventions (aide au montage de meubles...) au baby-sitting, les nouveaux services restent encore toutefois à affiner.

Contact(s) Presse
À propos de Helpling

Helpling is the leading online marketplace for home services outside the U.S. On the website or via app, customers can book a vetted and insured cleaner and gain back free time within a couple of clicks. For cleaners, the innovative online service makes it easier than ever to access new clients and to manage when and where they want to work.

Helpling was founded by Benedikt Franke, Philip Huffmann and Rocket Internet in January 2014. Since then the company has raised 56.5 million Euros from investors such as Mangrove Capital Partners, Phenomen Ventures, Point Nine Capital, Lukasz Gadowski, Lakestar and Kite Ventures.

communiqués de presse